Rechercher

Pourquoi j'ouvre le 1er cabinet de thérapie spécialisé sur la question de l'emprise ?

Dernière mise à jour : 30 mai


J’ai été éducatrice à la Protection Judiciaire de la Jeunesse pendant 17 ans, puis j’ai repris mes études et j’ai soutenu une thèse après avoir élevé mes trois enfants. Je suis donc devenue Docteur en anthropologie, spécialisée sur les questions interculturelles et du fait religieux.


Entre avril 2014 et novembre 2017, j’ai été missionnée (à la demande des parents que j’aidais bénévolement) par Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, pour créer une équipe mobile d’intervention (EMI) de contre-radicalisation pluridisciplinaire. Nous nous en souvenons tous...


Néanmoins, j'en garde pour positif :

  • la prise en charge des 1150 premiers jeunes signalés par leurs parents qui demandaient de l’aide pour la radicalisation de leur enfant

  • la collaboration enrichissante avec toutes ces familles qui ont participé à la compréhension du phénomène

  • avoir posé les 1ers jalons de la formation sur la différence entre l'islam et la radicalisation auprès des agents des préfectures (policiers, psychologues, psychiatres, éducateurs) et leur avoir transmis la nécessité de se faire confiance entre policiers, psychologues, éducateurs, etc.

  • avoir été enrichie par l'accompagnement du psychologue et psychiatre Serge Hefez, chef de Service à l'Unité Familiale de pédopsychiatrie de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), que j'avais choisi pour nous superviser.

J’ai refusé le renouvellement de ma mission en 2017 face au changement de politique sur cette question alors porté notamment par Manuel Valls et j’ai continué à aider les parents bénévolement en fondant l’association L’Entre-2. Après avoir dirigé mon cabinet d’expertises et de formation (Bouzar expertises) pendant 14 années et avoir formé quantité de psychologues, d’éducateurs, de fonctionnaires et de managers aux quatre coins de la France et de l’Europe, j’ai aujourd’hui décidé de me consacrer principalement à l’aide individuelle que je peux apporter aux familles, qui ont finalement toujours constitué le « fil rouge » de mes investissements personnels et professionnels… C’est le privilège de l’âge : faire ce que l'on n'a pas pu faire avant… Faire ce que l'on rêvait de faire mais que, pour des raisons diverses et variées, on n’a pas eu le temps de réaliser…

J’ai toujours rêvé de faire du théâtre : j'ai monté la troupe du théâtre du Lien lorsque j'étais éducatrice, qui a fait le tour du monde et permis la réinsertion de quantité de jeunes ;

j'ai toujours rêvé d’être écrivain, je l’ai réalisé en partie…

J’ai toujours rêvé d’être thérapeute, il est en temps que je m'y consacre pleinement.


Au fond, la vie nous fait des clins d'oeil...

En plus de l’aide bénévole que nous apportons aux familles dans le cadre de l’association de l’Entre-2, j’ouvre aux côtés de la psychologue clinicienne Elsa Chamboredon et d’un médiateur religieux, le 1er cabinet de thérapie spécialisé sur la question de l’émancipation de l'emprise : endoctrinement, embrigadement, déradicalisation, emprise amoureuse, violences familiales, etc.


Bien entendu, nous accompagnons les familles pour toutes les problématiques liées à l’adolescence, avec un postulat : au-delà des discours et des théories, il n’y a que des histoires singulières et des familles en souffrance. Car ce que l'on ne dit pas assez, c’est que la « crise de l’adolescence » est aussi une « crise familiale » ! Chaque histoire familiale est unique, chaque trajectoire des adolescents aussi, et il est souvent nécessaire que « quelqu’un d’extérieur » aide les parents à faire un pas de côté pour changer d'angle de vue, (ap)porte un regard neutre et distancié, triangule les relations familiales, de manière à changer les règles du jeu pour ouvrir un nouvel espace du possible...

​C’est la raison d’être de ce cabinet… RDV sur www.douniabouzar-therapies.fr


Dounia Bouzar - 1er juin 2022



170 vues0 commentaire