Approche théo-psychanalytique

Cette approche thérapeutique a la particularité d’être menée par 2 ou 3 professionnels complémentaires : 

Notre principe de base est le regard croisé entre une thérapeute anthropologue du fait religieux (Dounia Bouzar), une psychologue clinicienne (Elsa Chamboredon) et un médiateur religieux, selon les situations.

 

 

Cette équipe thérapeutique plurielle (qui travaille ensemble depuis plusieurs années sur ce sujet) permet d'emblée d'introduire de l'altérité et de construire des liens thérapeutiques différents avec le jeune. 

 

Cette thérapie est utilisée lorsqu’un jeune est attiré par un discours radical religieux ou politique, ou qu’il y a déjà adhéré. La thérapie consiste à déconstruire comment et pourquoi le discours radical a fait autorité (et donc a "fait sens") sur le jeune en question. 

  1. Tout d'abord, il faut comprendre pourquoi et comment le discours radical est venu combler les angoisses du jeune, car l'expérience clinique montre que les idéologies radicales commencent par aider les jeunes à se sentir mieux, dans la mesure où elles proposent une lecture du monde binaire avec le vrai d'un côté, le faux de l'autre, les méchants d'un côté, les gentils de l'autre, etc. Cette vision dichotomique rassure l’individu puisqu'elle simplifie la complexité de la réalité et le protège de l’ambivalence et de l’altérité à l’intérieur de lui-même. Ainsi, le rapport à l’idéologie et/ou au groupe radical (qui est souvent une simple "tribu virtuelle par internet") remplit des fonctions psychiques en répondant à des besoins ressentis consciemment ou inconsciemment par le jeune.

  2. Dans un deuxième temps, les idéologies radicales déploient d’autres angoisses (peur de ceux qui ne pensent pas comme eux, peur de ceux qui veulent "faire un génocide blanc", peur de ceux qui veulent faire "un complot contre le vrai islam", etc.), de nature persécutoire, vis-à-vis desquelles elle donne des outils à l’individu pour s’en défendre : ne plus parler "aux autres", ne pas se mélanger, se couper de la société, ne faire confiance qu'à sa nouvelle "tribu numérique", etc.

  3. Une idéologie est mortifère lorsqu'elle attaque la sphère psychique des jeunes, en interdisant la culture, la pluralité, l'altérité, l'imagination, le doute, le désir, le symbolique, etc. (ce qui fait de nous des Humains). Ainsi, elle affaiblit les ressources psychiques des jeunes. 

Notre travail thérapeutique doit donc prendre en considération ce processus, et faire des hypothèses sur les besoins comblés chez le jeune, pour ensuite, qu'il en prenne conscience.

Il s’agit de cerner les contenus psychiques que l’idéologie prend en charge, de les travailler afin que le jeune puisse trouver d’autres manières de fonctionner psychiquement et atteindre une certaine sécurité interne.

 

Répétons-le : le but est de comprendre l’alchimie qui s’est opérée entre le jeune et le discours radical afin de travailler avec lui et ses parents à dénouer ces liens mortifères et en créer de nouveaux, permettant une vie psychique et relationnelle plus sereines. Nous ferons donc des liens entre les éléments individuels, familiaux et sociaux, et la manière dont le discours radical est venu s'inscrire dans cette histoire-là. 

 

 

 

Dans le film "Le ciel attendra", réalisé à partir d'une histoire vraie, voici un extrait où une jeune fille commence à faire l'analyse de ce qu'elle ressentait lorsqu'elle était dans son groupe radical... Marie-Castille Mention-Scharr s'est infiltrée dans notre équipe pour réaliser ce film et a demandé à Dounia Bouzar d'être consultante pour le scénario...

Mots -clés liés à la thérapie anthropo-théo-psychanalytique : #islam #laïcité #convictions #radicalisme #éducation #embrigadement #emprisementale #radicalisation #désistance #déradicalisation #prévention #adolescence #extrémisme #endoctrinement #désendoctrinement #engagement #désengagement #librearbitre #autonomie #émancipation #thérapie #familles